samedi 24 août 2019

64 - Pyrénées Atlantiques




Cette carte est une tentative de recensement des églises romanes des Pyrénées Atlantiques. Elle met notamment en lumière de nombreuses petites églises méconnues, peu décrites en général, très souvent dépareillées sous leurs enduits modernes, ce qui laisse présager d'une marge d'erreur certaine qu'elle soit malheureuse ou heureuse, qui sait parfois de belles redécouvertes peuvent être faites quand un enduit un jour disparaît. Autre difficulté dans l'élaboration de cette carte, l'appareillage en galets rend souvent difficile la lecture des murs.

On pourrait être tenté de découper l'espace en 3 zones:

A l'Ouest, la pays basque qui reste discret en matière d'art roman. 


Au Sud et au Sud-Est, au Sud de Pau, dès les premières élévations, l'art roman Pyrénéen offre de très beaux exemples avec en particulier la cathédrale Sainte-Marie d'Oloron et l'église de Saint-Engrâce. A la différence des autres départements des Pyrénées, le relief est moins accidenté et les vallées moins encaissées, ce qui en fait un territoire naturellement plus ouvert vers l'extérieur. On pourra ainsi s'émerveiller de la coupole à nervures et des claustras de l'église de l’hôpital Saint-Blaise au caractère hispano-mauresque.


La cathédrale de Lescar figure parmi les plus beaux édifices de Gascogne, elle conserve des mosaïques dans son chœur. Au delà de Lescar en direction du Nord-Est, se trouve une concentration importante de petits édifices romans d'un grand charme (Simacourbe, Sévignacq) à rapprocher de la Gascogne centrale aux confins du Gers, des Landes et des Hautes-Pyrénées.

D'un relief moins élevé que les autres département pyrénéens, à la convergence des routes vers Compostelle, les régions que composent les Pyrénées atlantiques proposent donc un dégradé d'influences espagnoles, pyrénéennes et gasconnes.